La technique des petits pas, vraie fausse bonne idée ?

Cette semaine, j’ai échangé avec ma superviseur sur la technique des petits pas. Je n’ai toujours entendu que des louanges sur cette approche de s’interroger sur « la plus petite marche possible » pour atteindre un objectif. Pourtant, je l’entends me dire « ah non pas le plus petit pas possible ! Je trouve cela presque infantilisant, personne n’avance par tout petit pas … ». J’en suis bouche-bée.

La technique des petits pas pourrait elle être contre productive ?
Prenez vos pioches et vos lampes frontales, nous partons en exploration.

NE PAS SE METTRE LA PRESSION

Mon premier réflexe a été de lui répondre que l’avantage de réfléchir en terme du plus petit pas possible, quand quelqu’un s’interroge sur la manière d’atteindre un objectif,  est que cela enlève la pression inutile.
Si l’on se fixe un objectif disproportionné par rapport à ses capacités, l’effet est souvent que cela démoralise la personne qui n’arrive pas à l’atteindre. Et même sans se fixer un objectif trop ambitieux, quand on parle simplement en terme de projet, cela peut nous paraître tellement vaste que l’on ne sait pas par où démarrer.

Quand je suis paumée sur où je commence pour faire ma newsletter, je me mets un objectif minimal pour éviter de me stresser encore plus car je sens que j’ai déjà tendance à procrastiner car que je ne me crois pas à la hauteur…

Le questionnement de « quel serait votre plus petit pas possible afin de réaliser votre projet ? » permet de poser la première pierre.

Réponse de ma superviseur : « alors dans ce cas, on peut interroger la personne sur quel serait le plus grand pas réalisable qu’il ne la mette pas en difficulté / ne la stresse pas ? ».
Pas faux.

Mais sincèrement, qu’a t on à perdre à essayer de faire les choses petit à petit, sans pression ?

Peut-être le fait que la question du « plus petit pas » donne un côté étriqué. Cela pourrait être perçu comme « infantilisant » dans la mesure où la question suggère que l’on doit se limiter, viser le minimum comme si nous n’étions pas capable de plus.

Effectivement, il est peu probable que de grand.es entrepreneur.es ou inventeur.es se soient posées la question de savoir ce qu’il pouvait déjà faire de plus petit aujourd’hui pour atteindre leur but. En revanche, il me semble évident que de scinder une ambition par étapes successives pour mieux identifier le chemin par lequel il sera nécessaire de passer est un atout.

STEP BY STEP 1 PLUS PETIT PAS 0

Si vous sortez de la période de fixation des objectifs annuels, il vous a peut-être été rappelé qu’un objectif devait être SMART.
Spécifique, Mesurable Atteignable, Réaliste, Timé
C’est fondamental que cet objectif soit atteignable et réaliste pour ne pas s’épuiser ou perdre confiance.

En revanche, Tal Ben Shahar, dans son livre L’apprentissage de l’imperfection, reprend une définition d’un psychiatre américain de l’estime de soi comme étant le produit de nos réussites divisées par nos aspirations.
Il suffirait donc mathématiquement de baisser nos aspirations pour nous sentir mieux. Pourtant il rappelle que si nos souhaits ne sont pas suffisamment challengeants, cela se révèle démotivant et contre productif. Nous ne nous sentons pas boostés d’avoir réussi ce petit exercice. Le fameux :

A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire

Quand j’ai monté mon cabinet, il a fallu que je franchisse parfois de grandes étapes. La première fois que j’ai animé une session de coaching collectif, la première fois que j’ai travaillé avec le secteur public, la première fois que j’ai lancé mes ateliers en ligne  » parentalité, un atout pour sa carrière? » ont tous été des sauts dans le vide qui m’ont fait grandir d’un coup.

L’idée serait donc de trouver un objectif atteignable et représentant tout de même un défi et de le scinder en étapes tout autant atteignables et challenging plutôt que de se restreindre à un tout petit pas après l’autre.

Je garde cependant en moi la croyance qu’une goutte d’eau est préférable à aucune goutte d’eau. Que je préfère avoir fait une action presque ridicule que de ne rien avoir fait.
Ce qui m’a plus pour une ex-perfectionniste qui se soigne, comme moi, avec cette question du plus petit pas, c’est de sortir de l’exigence d’excellence, du souci de performance.

Ce que je n’avais pas perçu, c’est que la limite est que l’on peut très difficilement avancer uniquement par micro étape et que cela peut être si ridicule que cela n’est pas motivant.

Je pense que je ne poserai plus jamais cette question de la même manière désormais !

***************************************************

Et vous, quel est votre objectif pour le mois de mars ?

Comment comptez vous l’atteindre ?

Par étape, par petit pas ou à pas de géant ? 😉

 

Pour cette idée de la goutte d’eau, de participer à votre niveau, qu’on peut agir même en 5 mn, voici un podcast d’Alexandra Franzen. Superbe !

Laisser un commentaire

Particuliers

BECOME vous permet de comprendre vos forces et savoir vous mettre en avant pour changer de poste avec succès.

Quelques réalisations Particuliers

INDIVIDUEL

  • Coaching d’évolution professionnelle d’un DRH (Tourisme)
  • Coaching de performance durable d’un Directeur marketing stratégique (Grande distribution)

BILAN COLLECTIF

  • Atelier « Valoriser ses compétences dans le cadre d’une reconversion » (Cadres MBA Luxe)

Entreprises

BECOME accompagne vos salariés à valoriser leur potentiel et à interagir efficacement au sein de votre organisation.

Quelques réalisations Entreprises

COACHING INDIVIDUEL

  • Prise de fonction d’un Directeur commercial Régional (Industrie pharmaceutique)
  • Leadership et d’accompagnement du changement d’un dirigeant (Education – Ecole d’Ingénieur)

ATELIERS

  • Innovation managériale : Créativité (Génie climatique)
  • Comment développer une performance durable ? (inter entreprises)