Organisation et rituels pour mieux vivre le changement

Depuis la mise en place du confinement, certains travaillent 2 fois plus qu’avant avec une pression​ bien plus importante​. Certains se sont transformés en m​a​itre.sse à temps plein et en femme ou homme au foyer. Certains errent désœuvrés ​à regarder​ les infos en boucle alors que d’autres utilisent les ressources des réseaux pour devenir des yogis -cinéphiles -philosophes- artistes-chef cuisinier.e​ en puissance.​ Certains angoissent financièrement quand d’autres se concentrent sur le positif ​et ce bel élan de solidarité qui circule.​

CONFINEMENT & PÉTAGE DE PLOMB

Nous gérons tous différemment. Nous avons tous des contraintes​ différentes. Et, dans cette période inédite et complexe, je suis moi-même loin d’avoir des recettes magiques.

Comme beaucoup d’entre vous peut-être, je me suis retrouvée à utiliser un bon gros vieux ressort néfaste : la comparaison. Une amie à J2 du confinement avait déjà réussi à mettre en place une organisation au p’tits oignons pour elle et sa famille. Son mari bosse, elle, son job est totalement à l’arrêt, et elle gère leurs 3 enfants encore plus efficacement que Mary Poppins. Je suis totalement admirative. A ce moment là, j’ai l’impression que tout le monde gère mieux que moi, a déjà calé un agenda nickel chrome et que je suis la seule à galérer.

O rage ô désespoir, Clémence pourquoi es tu si désorganisée et pourquoi, la maîtresse de ton fils semble l’être tout autant pour envoyer des devoirs de manière aléatoire, alternant journées denses et flou artistique ?

Deuxième sirène à éviter : la victimisation, le fameux « pourquoi moi ? »

Troisième alerte : le ton qui monte.
Pendant un goûter mon fils renverse son verre d’eau par un mouvement d’inattention, je crie tout en lui disant que « c’est pas grave » mais qu’il doit essuyer. En larmes, il me répond « mais pourquoi tu cries alors si tu me dis que c’est pas grave ? T’as l’air de mauvaise humeur. Tous les après midi tu te mets à crier ».

Et là, la petite soeur de 4 ans qui croit bon d’ajouter : « Ah yavoue, ça c’est vrai ce que dit Gaspard, tu cries beaucoup les après-midi… ». Je suis atterrée. Mon fils me pointe du doigt une injonction contradictoire en bonne et due forme . J’hésite pourtant entre les trouver profondément ingrats et leur présenter ma démission. A défaut, je vais souffler.

Nous en sommes arrivés là car j’ai le sentiment de subir les journées : mon mari est en télétravail avec des horaires conséquents et moi mon travail est fortement réduit. C’est donc moi qui gère les enfants, ce qui est clairement en dehors de ma zone de confort ! 😉 Et j’essaie quand même de travailler un peu mais rien n’est clair, tout se confond dans ma tête car je n’ai rien acté.

J’aimerais être Samantha de ma sorcière bien aimée et d’un doigt sur le nez, tout arranger.
A défaut de la magie de Mary Poppins ou de Samantha, je décide de me raccrocher à ce qui est le plus éloigné de moi : l’organisation.

VOTRE ORGANISATION, LA SOLUTION

J’essaie depuis le début de la 3ème semaine de confinement de créer MON organisation et je me rappelle autant de fois que nécessaire qu’elle n’a pas besoin d’être parfaite.

Je me suis posée la question de ce que devait et de ce que pouvait contenir cet agenda. Il me fallait faire des choix, j’ai réalisé que sur la question de continuer ou non mon travail : l’absence de décision claire avait ajouté à la confusion et au sentiment de frustration.

Bien sûr, il faut tenir compte de vos contraintes. Vous n’allez pas gérer vos journées de la même manière si vous êtes en télétravail/ garde d’enfants que si vous télétravaillez à temps plein ou garder les enfants à temps plein ou ne travaillez pas du tout, êtes seul.e, en famille etc.

Inutile de se culpabiliser de ne pas suivre ces cours de méditation qui ont l’air incroyable et cette formation que vous souhaitiez faire depuis longtemps ou de ne pas fait un grand rangement dans votre pièce à bazar si vous êtes occupé.e quasi autant qu’avant le confinement.

Au final, de mon côté, une journée devait contenir des temps de devoirs, des temps de travail pour moi, des pauses, de l’exercice physique/détente. J’ai tracé des créneaux dans les grandes lignes. En discutant avec mon conjoint, pour trouver comment il pourrait garder les enfants pendant une partie de mes coachings, il a vu avec son équipe pour mettre en place des permanences/ back-up pour gérer ces pauses.

N’hésitez pas à solliciter votre hiérarchie/ vos collègues pour évoquer les contraintes différentes de chacun et envisager des aménagements. Cela vous semble impossible vu votre entreprise/chef ? Si vous ne posez pas la question, vous êtes sûr de ne pas obtenir…😉

Pour autant, si tout a changé et si la situation est inédite, peut-être n’étiez vous pas obligé.e de tout faire différemment qu’avant. Peut-être aviez vous des rituels qui vous étaient bénéfiques et que vous avez laissez tombé dans la panique. Et s’ils avaient encore leur place aujourd’hui ?

Pour ma part, j’ai décidé de reprendre mon rituel matinal que j’avais zappé les 10 premiers jours : ​je démarre par mes pages du matin (exercice du livre sur la créativité de Julia Cameron) que j’avais démarré en décembre. Cela me pose, je les fais dans mon lit avant de me lever.

Et à l’inverse, pour caler vos tâches si ce sont des choses nouvelles, accordez vous des phases test & learn.
Par exemple, j’ai moi-même un peu de mal à gérer les besoins différents de mes enfants et un matin, j’ai tenté de laisser ma fille regarder les dessins animés éducatifs de France 4 pour pouvoir mieux m’occuper des devoirs de CP de mon fils.
C’était très bien mais mon fils avait du mal à se concentrer et était attiré par la télé. Quant à ma fille, elle s’est retrouvée à regarder quasi 1h30 sans vraiment comprendre ou retenir, il aurait fallu que je sois à coté pour expliquer. Bref, je n’ai pas poursuivi l’expérience et ai tenté autre chose le lendemain.

Pour ceux qui continuent à travailler, il y a une variété de situations. Soyez réaliste en fonction de votre situation et ne vous mettez pas d’objectifs intenables. Par exemple, le télétravail avec des enfants à côté n’est pas vraiment du télétravail, c’est plus une mission pour James Bond et je crains que même lui s’en sorte à la fin avec « compétences en cours d’acquisition ».


Pour mon activité, j’ai choisi de dégager du temps pour les séances de coaching mais de faire le reste (réponses aux mails, administratif, etc) soit tôt le matin soit en fin de journée et en version minimum. Pendant mes séances , les enfants alternent entre un temps avec leur père et un dessin animé mais il arrive que je sois à 2 doigts de la situation du journaliste de la BBC dont les enfants étaient apparus en pleine interview 🙂


Bref, l’organisation est loin d’être idéale encore mais on trouve peu à peu nos marques. J’ai fait taire mon côté bon élève/ perfectionniste pour m’accorder plus de souplesse , moins me stresser inutilement et donc être moins tendue pour mes enfants !:)

En résumé, tout cela pour vous dire, que si vous avez déjà trouvé une organisation, c’est super et n’hésitez pas à la faire évoluer dans le temps si vos besoins ou ceux de vos enfants évoluent. D’ailleurs les vacances scolaires qui commencent ou se profilent à l’horizon vont nous obliger à apporter potentiellement quelques arrangements.

N’oubliez pas également de répartir vos rôles entre les différentes personnes présentes dans la maison en incluant, si vous en avez, les petits nains d’intérieur qui ont le don de vous retourner le salon en moins de 5 minutes ou les grands énergumènes qui se reconnaissent souvent à un corps sur lequel flotte un Ipad à la place de la tête. Au besoin, il existe plein de semainier à télécharger voire des pictos pour les plus petits pour les responsabiliser dans des tâches accessibles.


Et ceux pour qui, comme moi, l’organisation est une langue morte dont ils ont de vagues souvenirs de 4ème , soyez indulgents envers vous sur le temps que cela vous prendra et le résultat, mais raccrochez-vous à des rituels, des temps relativement définis. Il ne s’agit pas de mettre en place un cadre rigide et enfermant mais bien une structure sur laquelle vous appuyer pour retrouver un peu de sérénité.

Bien entendu, une organisation bien calée avec des repères clairs n’empêchent pas les prises de tête, les frustrations ou les angoisses mais cela peut participer à se poser, prendre conscience de ses besoins et les verbaliser auprès de ses enfants/ses collègues/son.a conjoint.e…

Et souvenez vous qu’à la fin du confinement, nous recevrons tous notre diplôme de Master en Agilité et en conduite du changement ! Et vous concernant, avec les félicitations du jury paraît-il…;)

********************************************

Et vous, quels sont les rituels que vous avez gardés? Comment vous aident-ils ?

Sinon, pouvez-vous les reprendre et les adapter à la situation ?

Et côté organisation, où en êtes-vous ?

Et parce que l’humour reste le meilleur médicament, je vous laisse quelques minutes avec Olivia Moore histoire de vous décomplexer

Laisser un commentaire

Particuliers

BECOME vous permet de comprendre vos forces et savoir vous mettre en avant pour changer de poste avec succès.

Quelques réalisations Particuliers

INDIVIDUEL

  • Coaching d’évolution professionnelle d’un DRH (Tourisme)
  • Coaching de performance durable d’un Directeur marketing stratégique (Grande distribution)

BILAN COLLECTIF

  • Atelier « Valoriser ses compétences dans le cadre d’une reconversion » (Cadres MBA Luxe)

Entreprises

BECOME accompagne vos salariés à valoriser leur potentiel et à interagir efficacement au sein de votre organisation.

Quelques réalisations Entreprises

COACHING INDIVIDUEL

  • Prise de fonction d’un Directeur commercial Régional (Industrie pharmaceutique)
  • Leadership et d’accompagnement du changement d’un dirigeant (Education – Ecole d’Ingénieur)

ATELIERS

  • Innovation managériale : Créativité (Génie climatique)
  • Comment développer une performance durable ? (inter entreprises)